Si les fameux « warp drives » existaient, la conclusion de voyages spatiaux longues distances serait dévastatrice. D’après le Professeur Geraint Lewis de l’Université de Sydney, une fois arrivé à destination, tout ce qui se trouve autour du vaisseau serait immédiatement réduit à néant.

Le principe de fonctionnement des warp drives consiste à déformer l’espace-temps lui-même en formant une bulle autour du vaisseau, permettant à celui-ci de voyager sur de très longues distances. Ces « moteurs » ont été imaginés par le physiscien mexicain Miguel Alcubierre en 1994 comme un moyen de voyager à des vitesses supérieures à celle de la lumière.

La relativité d’Einstein n’est en fait jamais violée: ce n’est pas le vaisseau lui-même qui se déplace, mais l’espace situé autour du vaisseau. En effet, l’idée est de contracter l’espace à l’avant du vaisseau, tout en le dilatant à l’arrière. Ainsi, tout passager voyageant à l’aide d’une telle technologie ne subirait pas l’effet de dilatation temporelle. Cependant, bien que théoriquement acceptable, l’obtention ou le principe de fonctionnement d’une telle technologie demeurent complètement inconnus.

Selon le Professeur Lewis, les particules accumulées à l’avant du vaisseau durant le voyage seraient relâchées à une énergie si haute lors de l’arrêt du vaisseau que toute chose se trouvant en contact avec elles serait détruite. Durant le voyage, cela pourrait également menacer la sécurité des passagers.

Une autre observation, rendue possible par la relativité, vient de la quantité d’énergie libérée à l’arrêt du vaisseau: celle-ci n’a aucune limite. Plus le voyage est long, plus la quantité d’énergie libérée à l’arrivée sera grande.

Tout cela est bien évidemment purement théorique, et il est fort possible qu’une telle technologie ne voit jamais le jour (enfin, on ne sait jamais…). A quoi bon s’amuser à explorer la théorie de la relativité, dans ce cas? Tout simplement parce que cela peut avoir d’importantes applications dans nos vies quotidiennes: sans relativité, nous n’aurions pas de GPS aujourd’hui, par exemple.

Articles similaires:

Partir... Et ne jamais revenir
Une nouvelle théorie unifie matière noire et énergie noire
Warp drives : pas si gourmands, finalement?