Trois exoplanètes supplémentaires viennent d’être découvertes hors de notre système solaire. Les astronomes ont annoncé hier que chacune d’entre elles était plus petite que notre Terre.

Les trois planètes orbitent une seule et même étoile, une naine rouge de type M dénommée KOI-961, étoile faisant elle-même partie des plus petites étoiles peuplant notre Univers. Elle est 6 fois plus petite que notre Soleil, ou encore 70% plus grosse que Jupiter.

Les trois planètes sont très probablement de nature rocheuse, comme la Terre et Mars, mais elles sont très proches de leur étoile. Elles complètent une orbite en à peine deux jours. Cela signifie que, bien que leur étoile soit beaucoup plus petite que le Soleil, ces planètes sont bien trop chaudes pour pouvoir maintenir de l’eau à l’état liquide et abriter la vie telle que nous la connaissons. A la surface de ces trois mondes, la température varie entre 270°C et 450°C, bien trop chaud pour y trouver de l’eau.

Cependant, cette découverte indique  qu’il existe vraisemblablement de très nombreuses petites planètes à travers notre galaxie, surtout considérant que 70% des étoiles de la Voie Lactée sont des naines de type M.

Les planètes ont été découvertes par John Johnson, chercheur à Caltech, et ses collègues, à l’aide des données publiques de la mission Kepler de la NASA. Kepler détecte les transits planétaires, c’est à dire la variation de luminosité provoquée par une planète passant devant son étoile. Jusque là, Kepler a permis de confirmer l’existence de 35 exoplanètes… et 2326 de plus restent encore à confirmer!

Le but principal de Kepler est de trouver d’autres planètes semblables à la nôtre, dans une région du ciel située près de la constellation du Cygne. Des 150000 étoiles que Kepler observe, environ 3000 sont des naines de type M, indique Johnson.

La confirmation de l’existence de ces exoplanètes a été motivée par la forte ressemblance de l’étoile KOI-961 avec l’étoile de Barnard, située à seulement 6 années-lumière de la Terre. L’idée a été suggérée aux chercheurs par un astronome amateur britannique, Kevin Apps, après que celui-ci a réalisé les similitudes entre les deux étoiles.

Située à 130 années-lumière, Kepler avait dans un premier temps sous-estimé la taille de KOI-961. En utilisant les propriétés connues de l’étoile de Barnard, telles que sa taille et sa température, et en rassemblant davantage de données sur KOI-961, les scientifiques ont pu estimer plus précisément la taille, la masse et la luminosité de l’étoile observée par Kepler.

Ainsi, les scientifiques ont pu étudier les variations de luminosité de l’étoile causées par de potentielles exoplanètes et estimer plus précisément leur taille. D’après leurs estimations, les trois planètes ont un rayon 0.78, 0.73, et 0.57 fois celui de la Terre.

L’utilisation de données plus anciennes et d’images de KOI-961 de plus de 60 ans a également aidé l’équipe à confirmer que ces transits étaient bien causés par des planètes, et non pas d’autres étoiles par exemple.

D’autres études pourraient permettre d’affirmer si ces trois mondes rocheux sont les coeurs d’ancienne planètes gazeuses, dont les atmosphères auraient été « soufflées » par le puissant rayonnement de l’étoile.

Enfin, cette découverte ne fait que confirmer une fois de plus l’importance de Kepler et de sa mission, ainsi que sa capacité à trouver d’autres Terre. En effet, une autre planète a récemment été découverte dans la zone habitable de son étoile. A ce rythme, il se pourrait bien que la Terre se trouve bientôt une lointaine petite soeur, abritant peut-être la vie. Qui sait.

Articles similaires:

Où trouver d'autres Terre?
Vol de nuit en orbite, en temps réel
Planètes à forte inclinaison: émergence de la vie plus difficile?