Mathématiquement parlant, si il existe au moins une civilisation extraterrestre, elle devrait déjà nous avoir trouvés. Tel est le résultat d’une nouvelle étude, qui conclut que tout contact est volontairement évité.

« Soit nous sommes seuls, soit ils sont là et nous évitent, » a dit le mathématicien Thomas Hair à Discovery News.

Le scientifique, qui a présenté ses recherches à la Mathematical Association of America à Boston, a basé ses calculs sur ce qui est considéré comme étant des estimations très pessimistes de la durée nécessaire à une civilisation pour obtenir les ressources nécessaires au voyage interstellaire. Même à une vitesse de seulement 1% celle de la lumière, cela prendrait 500 ans à une civilisation extraterrestre pour atteindre l’étoile la plus proche de la leur.

Pour rappel, la lumière voyage à la vitesse de 300000 kilomètres par seconde, approximativement.

En comptant 500 années de plus pour construire un nouveau vaisseau, puis 500 autres pour se remettre en route, et ainsi de suite, les calculs montrent que des civilisations au départ des plus vieilles étoiles de notre galaxie ont plus que largement eu le temps de venir ici. Alors… où sont-ils?

« Ou ils nous sont passés à côté, ou bien ils restent autour de leur étoile et se regardent le nombril, » dit Hair.

On pourrait trouver de très nombreuses raisons pour lesquelles la Terre ne figurerait pas parmi les destinations touristiques de la Galaxie… Par exemple, nous n’avons rien d’intéressant à offrir qui puisse être utile à une autre civilisation.

« Toute ancienne civilisation n’est probablement pas biologique. Ils n’ont pas besoin d’un endroit comme la Terre. Ils n’ont pas besoin de venir ici et voler notre eau. Il y en a des quantités énormes dans le système solaire extérieur où la gravité n’est pas si importante et ils peuvent simplement prendre ce qu’ils veulent, » dit Hair.

Ou peut-être que les extraterrestres d’aujourd’hui suivent d’anciennes routes qui contournent toutes la Terre, a-t-il ajouté.

Quelle que soit la raison pour laquelle ils nous ignorent, il n’y a absolument aucune chance qu’E.T, s’il existe, ne sache pas que nous sommes ici, dit Hair, indiquant que des télescopes comme Kepler sont capables de détecter des planètes autour d’autres étoiles.

Si des humains vivant sur une planète vieille d’environ 5 milliards d’années ont une technologie comme celle de Kepler, une autre civilisation avec seulement 10 millions d’années de plus aura avancé beaucoup plus loin, continue-t-il.

« Je suis sûr qu’ils seraient capables de détecter la vie sur notre planète. Rien que les CFCs (chlorofluorocarbures) dans notre atmosphère trahiraient notre présence, » dit-il.

Les CFCs sont des composés que l’on trouve typiquement dans les réfrigérants et les aérosols, qui libèrent des atomes de chlorine quand ils sont exposés aux ultraviolets et détruisent la couche d’ozone.

Le physicien Woods Halley de l’Université du Minnesota, qui vient de publier un livre à propos de la possibilité de la vie extraterrestre, affirme que nous n’en savons pas assez de l’émergence de la vie sur Terre pour reconnaître une forme de vie extraterrestre, même si elle se trouvait sous nos yeux.

« Je pense qu’il y a trois options, » a dit Halley. « La vie est rare, ce qui est probablement vrai. La vie est bizarre – chaque fois que vous la rencontrez, elle est complètement différente de la fois précédente. La vie est monotone, c’est à dire que vous trouverez quelque chose de très semblable à la vie sur Terre et ses problèmes (pour détecter la vie) sont d’ordre technique. »

« J’en suis arrivé à conclure qu’elles sont toutes possibles, mais tout semble montrer que la première est la plus vraisemblable – nous sommes rares, » finit Halley.

Articles similaires:

Observer le Multivers
Découverte des plus vieilles planètes de l'Univers
Un nouveau problème pour la matière noire?