Depuis que la recherche de formes de vies intelligentes extraterrestres a commencé, les scientifiques ont « écouté » les étoiles, à la recherche de signaux radio artificiels en provenance d’autres planètes. Alors que cette quête continue, il pourrait bien y avoir d’autres moyens de détecter des civilisations extraterrestres. La lumière elle-même pourrait dans un futur proche devenir un moyen efficace de découvrir d’autres mondes civilisés.

Les chercheurs du programme SETI utilisent les ondes radio dans le but de détecter de possibles civilisations extraterrestres dans la galaxie pour différentes raisons, la principale étant notre propre civilisation: nous émettons des quantités considérables de rayonnement électromagnétique en tant que sous-produit de nos moyens de communications, et de nombreuses fréquences radio pénètrent assez facilement l’atmosphère.

Cependant, on peut facilement argumenter que cela ne veut en aucun cas dire qu’une civilisation extraterrestre en ferait autant, surtout quand on observe que les technologies évoluent vite, et que nos propres émissions diminuent constamment. D’autre part, pour qu’un signal puisse être détecté, celui-ci devrait être plutôt puissant.

Abraham Loeb du Centre d’Astrophysique Harvard-Smithsonian, et Edwin Turner de l’Université de Princeton ont proposé une nouvelle façon de détecter d’autres civilisations, et elle est assez simple: on devrait chercher  la lumière de leurs villes. Si c’est si simple, pourquoi n’est-on pas déjà en train de le faire? La seule véritable limitation est technologique: afin d’apercevoir les émissions de lumière d’un autre monde, les chercheurs devraient être capables de les distinguer  de l’éclat de leur étoile. D’après les deux scientifiques, le faible changement de lumière en provenance d’une exoplanète quand elle se déplace autour de son étoile devrait être détectable. En effet, une exoplanète habitée avec un éclairage urbain émettrait davantage de lumière qu’une planète inhabitée pendant une phase sombre (en orbitant son étoile, la planète traverserait différentes phases, similaires à celles de la Lune).

Avec notre technologie actuelle, l’équipe estime que l’on devrait être capables de détecter une métropole de la taille de Tokyo sur Pluton. Evidemment, il y a extrêmement peu probable qu’une civilisation extraterrestre se trouve où que ce soit sur Pluton ou dans la ceinture de Kuiper (région de l’orbite de Pluton, dans laquelle se trouvent des dizaines de milliers d’objets de petite taille). Cependant,  en attendant que les premières « exo-Terres » soient découvertes, notre technologie se sera considérablement améliorée, et devrait permettre de détecter des sources de lumière artificielle sur de potentielles voisines jumelles de la Terre.

Bien que cette technique repose elle aussi sur la supposition qu’une civilisation extraterrestre utilise des technologies similaires aux nôtres, je vois mal comment elle pourrait se passer de lumière artificielle, contrairement aux communications radio. Et c’est la raison pour laquelle j’espère voir ce type de recherche être mené dans un futur proche.

 

Référence

Abraham Loeb, Edwin L. Turner. Detection Technique for Artificially-Illuminated Objects in the Outer Solar System and Beyond: arXiv:1110.6181v1

Articles similaires:

50 nouvelles planètes dans notre Galaxie
Pourquoi n'a-t-on jamais été contactés par une civilisation extraterrestre?
Une super-Terre dans la zone habitable d'une étoile proche