Des chercheurs ont tenté d’estimer l’abondance des systèmes planétaires de type Terre-Lune. Selon eux, sur 12 planètes similaires à la nôtre, au moins l’une d’entre elles possède probablement un satellite semblable à la Lune.

La Lune a vraisemblablement joué un rôle important dans le développement et l’évolution de la vie sur Terre. On pense que la Lune s’est formée suite à une collision monumentale entre la Terre et un objet d’une taille comparable à celle de Mars; la matière ejectée lors du choc s’est ensuite accumulée en orbite autour de la Terre, puis a fini par former la Lune. Cela aurait pu favoriser l’évolution précoce de la vie sur Terre. De plus, un climat stable durant plus d’un milliard d’années est probablement essentiel pour garantir un environnement propice à la vie. Sans son satellite, la Terre subirait des variations chaotiques de la direction de son axe de rotation, causant ainsi d’importantes variations climatiques.

Quand vient la question de l’habitabilité d’exoplanètes, il semble donc raisonnable de se demander s’il existe d’autres systèmes semblables au notre, et dans quelle proportion. Sebastian Elser, Ben Moore et Joachim Stadel de l’Université de Zurich en Suisse, ainsi que Ryuji Morishima du Jet Propulsion Laboratory de la NASA ont simulé la formation de planètes rocheuses via des collisions de  petits corps rocheux dans un disque autour d’une étoile comme notre Soleil.

© Nova Celestia

Ils ont identifié de nombreuses collisions menant à la formation de satellites et ont estimé les masses des objets générés. Ils ont aussi tenu compte de l’évolution orbitale des satellites, étant donné que les forces de marées modifient la rotation et l’orbite d’un satellite et peuvent causer sa perte en seulement quelques milliers d’années.

Enfin, ils ont également suivi les collisions se produisant après la formation des satellites, celles-ci pouvant être une menace. Selon leurs calculs, la formation de systèmes Terre-Lune est relativement fréquente, avec au moins 1 planète sur 12 ayant une lune massive. En tenant compte des différentes incertitudes, ce résultat peut varier de 1 planète sur 4 à 1 sur 45. D’autres simulations sont nécessaires afin d’obtenir des résultats plus précis.

Evidemment, tout ceci repose sur des simulations, basées sur les meilleurs modèles actuels; il est donc impossible dire si ces résultats sont réalistes. D’autre part, on cherche toujours d’autres Terre dans notre Galaxie et on ignore totalement quelle pourrait être leur abondance. Avec les futures avancées technologiques, les astronomes devraient pouvoir les détecter dans les prochaines années. Il sera alors intéressant de voir si ces résultats correspondent à la réalité, ou s’ils sont une pure fantaisie.

 

Référence

Articles similaires:

50 nouvelles planètes dans notre Galaxie
Trois nouvelles exoplanètes... plus petites que la Terre
Quand les étoiles jouent au billard avec les planètes