Lorsqu’il s’agit d’envoyer un vaisseau dans l’espace, les moyens alternatifs aux fusées actuelles sont peu nombreux. Il en existe pourtant, et pas des moins originaux… Deux scientifiques suggèrent d’utiliser la lévitation magnétique pour propulser des engins, habités ou non, en orbite basse.

Startram, le système de lancement proposé, n’utilise aucun carburant conventionnel comme c’est le cas habituellement. Le principe est simple, il s’agit d’une catapulte électromagnétique: une charge à l’intérieur d’un contenu magnétisé est propulsée magnétiquement. L’idée n’est pas nouvelle, mais elle n’a jamais été mise en pratique.

Cependant, les concepteurs de Startram insistent sur le fait que celui-ci utilise des technologies dores et déjà disponibles, tout en étant commercialement faisable. Les concepteurs en question semblent on ne peut plus qualifiés: il s’agit du Dr. James Powell, co-inventeur du train à lévitation magnétique (le Maglev), et du Dr. George Maise, ingénieur aérospatial.

Les deux hommes proposent deux types de transport: une version cargo (Generation 1), qui ne transporterait que du matériel, et une version passager (Generation 2). De prime abord, le projet semble faire dans la démesure. La version cargo coûterait environ 20 milliards de dollars, tandis que la version passager en coûterait 60. La version cargo pourrait être construite à flanc de montagne, alors que la version passager nécessiterait des tubes à lévitation pour maintenir la piste de lancement en l’air.

D’après leurs plans, la génération 2 nécessiterait un tunnel de lancement d’une longueur d’un peu plus de 1600 kilomètres, atteignant une altitude de 20 kilomètres. La piste serait liée au sol tout en étant maintenue dans les airs par lévitation magnétique pure; elle serait complètement enveloppée dans un tunnel à vide afin d’éviter toute onde de choc due à la vitesse du vaisseau d’environ 9 kilomètres par seconde. A la sortie du tunnel, le vaisseau pourrait aisément atteindre une orbite basse.

Selon les deux scientifiques, la force de lévitation serait plus que largement suffisante pour éviter tout risque d’accident. Mais avec un coût pareil, quel peut bien être l’intérêt d’un projet comme Startram? Bien que le coût de production soit très élevé, son utilisation serait en revanche très économe. A titre d’exemple, envoyer un astronaute sur la station spatiale internationale coûte aujourd’hui 20 millions de dollars… Avec Startram, cela coûterait seulement 5000 dollars!

Enfin, développer un tel système est faisable avec des technologies déjà disponibles à l’heure actuelle. Bien que les vitesses requises soient plus de 50 fois supérieures à celle du train maglev (qui voyage à une vitesse d’environ 600 km/h), la technologie nécessaire est semblable. Le principal défi vient plutôt de l’échelle du projet. Le concept a été étudié par une équipe de chercheurs des Sandia National Laboratories, et ceux-ci n’ont trouvé aucune faille.

Sur leur site, Powell et Maise discutent de l’intérêt de Startram: protection contre d’éventuels impacts d’astéroïdes, récolte d’énergie solaire, ou encore exploitation minière d’astéroïdes et de comètes ainsi que la colonisation spatiale… Envie de prendre un billet?

 

Articles similaires:

L'Homme sur Mars en 2023?